Home » Actualité » Invervention de SUD-ENERGIE EDF DTG à l’Ecole Normale Supérieure de LYON le 29 avril 2016

Invervention de SUD-ENERGIE EDF DTG à l’Ecole Normale Supérieure de LYON le 29 avril 2016

Hier soir, avec un pote sociologue de SUD RECHERCHE on était invités dans la prestigieuse école normale supérieure de LYON, l’ENS pour les intimes, par des étudiants mobilisés qui occupent leur amphi depuis lundi.
C’est la première fois, et sûrement la dernière, que je rentre dans un lieu aussi propice à la formation des esprits, avec un jardin proprement hallucinant !
hier en fin d’après-midi, la tension était palpable : leur direction les menaçait d’expulsion dans la journée en faisant intervenir la pref de lyon, pas beaucoup plus cool que celle de grenoble apparemment.
Hier matin, aussi, un de leurs potes, s’est fait embarquer par la BAC pendant la manif pour un pauvre tag au marqueur sur la vitrine de gibert joseph (en fait, normale sup’, c’est un repaire de dangereux criminels !)

Autre chose très chouette, la présence d'une hôtesse d’accueil, en sous-traitance, dont les nombreux témoignages ont ancré les échanges théoriques dans une réalité du monde du travail universel : elle s’est reconnue partout !

Encore une très belle chose, la présence d'un syndicaliste SUD ENS (donc de chez eux !) qui leur a raconté deux luttes syndicales et locales axées sur la souffrance au travail en 2011 et 2013.
C’était très chouette de voir ces jeunes surprotégés d’un côté, mais surbouillonnant de l’autre, découvrir la réalité du monde du travail, avec une soif palpable de sortir de leur cocon.
Il reste beaucoup de travail pour que cette jeunesse dégoûtée de toute forme d’organisation accepte l’idée d’un programme politique et parfois même la simple notion de lutte des classes…

De mon côté, ils me demandaient d’intervenir sur deux aspects :
=> notre expérience d’université populaire up! …
que certain(e)s d’entre vous connaissent et qu’ils construisent en accéléré depuis lundi chez eux : ils ont commencé par serge halimi venu débattre avec eux autour des nouveau chiens de garde
(avec mon pote, on n’avait pas du tout la pression, 😉 )
=> notre avis sur la convergence des luttes…
là où nuit debout grenoble m’a demandé 20 fois de conclure en 10 minutes jeudi soir sous un vent glacial, le temps chez ces étudiant(e)s lyonnais(es) s’est dilaté et a permis de développer quelques-unes des idées préparées. ça fait du bien…

On leur a également proposé une séance de travaux pratiques avec un up! rien que pour eux :
=> mon pote leur a présenté et a animé le débat autour du film « les maux du travail »

Philippe, SUD EDF DTG

===

Voici par écrit mes deux contributions à la soirée :

Share