Home » Actualité » Le 16 mai 2018, SUD-Énergie est auditionné par la commission des Affaires Économiques de l’Assemblée nationale pour son rapport sur les barrages

Le 16 mai 2018, SUD-Énergie est auditionné par la commission des Affaires Économiques de l’Assemblée nationale pour son rapport sur les barrages

Pendant 40 jours, SUD-Énergie a recueilli, pour la mission flash de la députée Marie-Noëlle Battistel sur la remise en jeu des concessions de nos barrages hydro-électriques, la parole de 20 cadres dirigeants (pour la plupart à la retraite) et de 50 experts et agents de terrain, pour la plupart en fonction, de la R&D (Recherche), du CIH (centre d’ingénierie de conception et de rénovation hydraulique) et de la DTG (centre d’ingénierie d’accompagnement des exploitants hydrauliques).

Dans ce rapport, près de 160 pages de leurs paroles, mises en forme et organisées par SUD-Énergie, démontreront que la mise en concurrence de nos barrages est une bien mauvaise idée et constitue une menace sérieuse pour l’intérêt général.

L’ouverture à la concurrence de 25% des concessions hydrauliques pourrait être lancée dès 2018, suite au contentieux lancé par la Commission européenne fin 2015.

Mais même si le temps presse, tout peut encore arriver dans un dossier qui a déjà connu de nombreux rebondissements depuis son lancement par le gouvernement Fillon en 2010 dans le cadre des directives européennes.

Ces rebondissements traduisent des oppositions qui traversent les partis, et de nombreux élus locaux de tous bords, concernés par la question, s’y opposent.

Les promoteurs de cette ouverture sont bien en peine d’avancer des arguments en sa faveur, si ce n’est la « nécessité de se conformer aux injonctions de Bruxelles » : c’est là une vision bien particulière de la démocratie. L’argumentation est d’autant plus difficile que les autres pays se sont soustraits à cette ouverture à la concurrence.

Marie-Noëlle Battistel, auteure d’un premier rapport très critique en 2013, poursuit son combat aux côtés de Delphine Batho et de députés convaincus par l’aberration de cette ouverture à la concurrence. Elle a produit un nouveau rapport et a pour cela auditionné toutes les parties intéressées, dont SUD-Énergie.

Dans le petit mois et demi dont nous disposions, nous nous sommes faits les porte-paroles d’un maximum de salarié·e·s directement impliqué·e·s dans l’hydraulique pour produire un rapport argumenté pointant les spécificités de l’hydraulique, les raisons de son inadaptation à la concurrence, les premiers retours d’expérience, les risques.

Accompagné·e·s d’experts, nous avons remis et présenté ce rapport à un groupe de parlementaires composé de Marie-Noëlle Battistel (PS), Delphine Batho (Génération écologie), Jean-Charles Colas-Roy (LREM) et Loïc Prud’homme (France Insoumise).

Il a été question, en particulier, de :

  • l’efficience économique, avec une désoptimisation attendue du parc ;
  • la sûreté des installations (la dernière catastrophe aux USA, l’an dernier, sur un barrage, à Oroville en Californie, a quand même conduit à évacuer préventivement 200 000 personnes !) ;
  • le multi-usage de l’eau (denrée de plus en plus précieuse avec la catastrophe climatique en cours qui va bien augmenter le stress hydrique estival, en divisant les débits l’été par 2 environ) ;
  • et accessoirement d’indépendance énergétique.

A partir de tous les éléments collectés, Marie-Noëlle Battistel a été auditionnée par l’Assemblée mercredi 30 juin.

Le sujet de l’hydroélectricité a déjà été porté à l’extérieur de nos entreprises par SUD-Énergie. Voir en particulier l’université populaire (up!) organisée par SUD-Énergie sur Grenoble qui organise tous les mois une conférence pour voir le monde autrement. C’est par ce biais-là que les sudistes grenoblois sont devenus proches de François Ruffin, bien avant son rafraichissant « Merci, Patron! » et avant qu’il ne devienne député, par ce biais-là aussi que nous avons tissé des liens avec Delphine Batho et Marie-Noëlle Battistel, notamment au travers d’une soirée que nous avons organisée à la mairie de Grenoble le 22 janvier dernier, sur l’hydro-électricité dans la tourmente, autour de nos collègues de Neyrpic sous le joug d’un plan de licenciement massif par General Electric, et d’EDF, dans le viseur d’une guerre économique également… 400 à 500 personnes, dont la moitié debout, silencieuse et attentive pendant plus de 3 heures, cet événement n’était pas banal !

Les documents disponibles

Nous vous souhaitons une bonne lecture et une bonne écoute, et nous remercions chaleureusement toutes celles et tous ceux qui nous ont accordé de leur temps et de leur expertise pour enrichir notre rapport.

  • Le rapport SUD-Énergie

2018-05-30%20-%20RAPPORT%20BARRAGES%20SUD%20ENERGIE

  • Le cahier d’acteurs SUD-Énergie

123_sud_energie

  • Ce que nous avons dit lors de notre audition le 16 mai (disponible aussi sur youtube)
  • L’audition filmée de la Commission (disponible aussi sur le site du Parlement). Il n’y aura pas de rapport écrit de cette audition, mais le compte-rendu de la réunion de commission, comportant l’intervention intégrale de Mme Battistel ainsi que les questions et réponses est en cours de rédaction et sera mis en ligne sur le site de l’Assemblée (sur la page de la commission des affaires économiques), probablement dans le courant de la semaine.

Et enfin, être syndicaliste n’empêche pas l’amour de l’art, et nous vous donnons en cadeau deux illustrations à écouter, en guise d’allégorie musicale! L’ensemble de ce rapport a été rédigé sous l’influence musicale de Brad Mehldau, et deux de ses récents morceaux piano solo illustrent parfaitement bien l’hydro-électricité intégrée qu’on appelle de nos vœux (une fugue de Bach) et celle, désintégrée, qui risque d’arriver, si d’aventure vous vous risquiez à ouvrir malgré tout les barrages à la concurrence (ostinato de Brad Mehldau lourd et résigné, librement inspiré du thème de la fugue précédente)… Brad Mehldau est évidemment d’accord avec ce cadeau.

1-Fugue No. 16 in G Minor from The Well-Tempered Clavier Book II, BWV 885

2-After Bach_ Ostinato

 

Et maintenant ?

  • Le rapport SUD-Énergie n’est pas fermé. Si vous avez des éléments à ajouter à l’argumentaire, rapprochez-vous des militants SUD-Énergie, ou envoyez nous un message par le formulaire de contact du site.

 

Nous gardons bon espoir que la presse se penche sur ce dossier, tant l’aberration est grande de vouloir brader nos barrages aux intérêts privés.

 

Le 30 mai au soir, le rapport est parti dans les médias nationaux et locaux, télés, radios, et surtout journaux.

 

SUD-Énergie – Mai 2018

Share