lettre

Le journal de la grêve des salariés Océ et Exirys

Suite à la grêve des salariés Océ et Exirys qui dure depuis le 12 mai, un journal de la grêve est né relatant quelques anecdotes des grévistes

Voir nos communiqués. Travail dissimulé, délit de marchandage et prêt illicite de main-d'oeuvre et rencontre avec le ministère sur la question de la sous-traitance à EDF

 

Journal n° 9 Un grand bravo à nos assistantes de service qui reprennent le travail la tête haute et avec leur promesse d'embauche. Aucune pression ni aucun chantage n'auront entamé leur détermination à faire valoir le droit, bien au contraire. Malgré la promesse faite par les avocats d'EDF d'être licenciées avant les prud'hommes, elles ont renoncé à une enveloppe de 700 000 euros, mais aussi à leur salaire pendant ces 2 mois de grève. C'est une immense fierté pour SUD Energie d'avoir lutté aux côtés de ces grandes dames.

Depuis le début, nous avons affirmé que nous ne renoncerions jamais à faire appliquer la législation du travail qui s'applique à tous les salariés et ne souffre aucun compromis. Notre direction s'est obstinée par principe et pour faire valoir le droit du plus fort contre le droit de tous. Nous n'avons jamais sous-estimé ses moyens exorbitants et qu'elle a effectivement mis en oeuvre pour nous écraser sous son talon de fer. Nous savions aussi qu'elle mobiliserait tous ses mercenaires pour nous intimider et nous menacer. Nous savions qu'elle légitimerait et encouragerait le mépris à notre égard. C'est ainsi qu'elle a mis en œoeuvre toutes les conditions de notre solidarité.

Solidarité mais aussi prise de conscience. Nous avons réalisé au piquet de grève que des agents, souvent ceux qui nous ont méprisés, étaient partie prenante pour cette sous-traitance qui leur permet d'exercer un pouvoir discrétionnaire sur les salariés les plus précaires, de rejeter sur eux les conséquences de notre organisation du travail aberrante, mais aussi parfois leur propre incompétence. C'est ainsi que nous avons compris la nécessité d'un syndicat qui regroupe, dans une même structure et dès la base, les sous-traitants et les agents. Désormais, SUD Energie Belleville partage ses moyens, prend toutes ses décisions avec ses syndiqués prestataires. Un premier prestataire de Belleville siège à notre conseil national. Nous présenterons des prestataires en position éligible aux élections DP de novembre. Nous ferons de notre syndicat un outil à notre main.

****************
Aucune avancée pour les salariés d'Exirys qui poursuivent la lutte et restent en grève. Nous limiterons juste les piquets de grève aux mardis et aux jeudis pendant la période estivale. Nous pensons que pour le PDG d'Exirys, ancien dirigeant du Gud* pendant sa jeunesse étudiante, recyclé dans la droite des Hauts-de-Seine et aujourd'hui homme d'affaires multicartes, la réalité est probablement plus dure à admettre. Nous demanderons également à la justice de se pencher sur les conditions de passation des marchés entre EDF et Exirys. Nous voulons comprendre comment Exirys a pu conserver le monopole de la communication des sites de production d'EDF depuis autant d'années.

*Le Groupe union défense (plus connu sous l'acronyme Gud) est une organisation étudiante française d'extrême droite réputée pour son activisme, et très active dans les années 1970. Le Gud a été créé en décembre 1968 à l'université Paris II Panthéon Assas sous le nom de Union Droit, puis Groupe union Droit, par d'anciens militants d'Occident (Alain Robert, Robert Allo, Gérard Ecorcheville, Hugues Leclère, Jack Marchal, Jean-Noël Prade) à la suite de sa dissolution le 31 octobre de la même année. Le Gud s'est affirmé durant ses premières années d'existence comme le principal pôle militant de l'extrême droite en France (et même pratiquement le seul en 1969). Par la suite, avec l'apparition de mouvements nationalistes structurés tels que Ordre nouveau, il tiendra une place de plus en plus marginale, à plus forte raison avec l'émergence comme force électorale du Front national dans les années 1980.

****************

Notre travail avec les élus et les responsables politiques se poursuit et se concrétise aujourd'hui :

  • Un grand merci aux élus locaux qui nous soutiennent et ont mis à l'ordre du jour de la prochaine CLI le dossier de nos prestataires. Nous expliquerons à cette occasion les enjeux majeurs de la sous-traitance et plus généralement de l'organisation du travail sur notre site. Nous demanderons que ces sujets soient systématiquement abordés à chaque réunion de la CLI.
  • Les responsables politiques que nous avons sollicités ont bien mesuré ces enjeux et l'importance de nos dossiers de prêt illicite de main d'oeuvre. François PILLET, sénateur du Cher et vice-président de la commission des lois constitutionnelles est intervenu auprès des autorités compétentes et s'informe régulièrement de l'évolution de notre dossier. Jean-Pierre SUEUR, Sénateur du Loiret et président de la commission des lois nous a reçus lundi dernier. Il a écrit des courriers à notre PDG Henri PROGLIO, à Philippe MARTIN notre nouveau ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, ainsi  qu'au ministre du travail Michel SAPIN. Notre ministre du travail devra aussi répondre à la question sur la sous-traitance que lui pose Yann GALUT, député du Cher, et qui parait aujourd'hui au journal officiel :

M. Yann Galut attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur les conditions de travail des salariés de la sous-traitance. La sous-traitance de services serait souvent associée à une dégradation des conditions de travail des salariés sous-traitants. En effet, ces derniers occupent des postes instables, et sont susceptibles de ne pas être repris après chaque appel d'offre. Certains salariés sous-traitants, seraient même dans l'impossibilité de s'arrêter en cas de maladie, puisqu'ils risqueraient de se voir appliquer des jours de carence. Ces derniers, qui travaillent pour certains depuis de nombreuses années, ne disposeraient donc pas de la sécurité de l'emploi, avec des conditions de travail difficiles: horaires fragmentés et décalés et exposition aux risques, notamment nucléaires. Afin d'assurer à ces salariés de la sous-traitance la pérennisation de leur emploi et une amélioration de leurs conditions de travail, il souhaiterait connaître les dispositions qu'il compte prendre sur cette problématique.

Journal n° 8 : Cette semaine, la direction a fait installer un radar pédagogique dans la ligne droite d'accès au parking de la centrale, pour vous inciter à ralentir. Mesure salutaire de la part de notre bienveillante direction, surtout pour le piquet de grève qui risque sa vie au bout de cette ligne droite.
Nous tenons toutefois à vous informer que la direction n'aura pas attendu pour passer à la phase répression. Ce matin, un huissier de justice était là, bien décidé à épingler les chauffards….
Aussi, nous vous recommandons de passer le plus lentement possible la chicane.
Ce conseil de prudence,  nous l'espérons, ne sera pas interprété comme une entrave à la liberté de travail des non grévistes, ni comme une tentative de désorganiser l'activité de l'entreprise.  Personne ne vous reprochera non plus le coup de klaxon pour nous prévenir de votre arrivée, par soucis de sécurité.

Journal n°7 :  38ème jour de grève pour le collectif OCé / Exirys

OCé a recruté en urgence un manager de choc. Ce redresseur de torts, qui nous arrive du « vrai privé », entend bien mettre un terme à l'« anarchie » dans son nouveau fief. En effet, certaines salariées de la DOC ont commis le pire des outrages à l'ordre établi : soutenir ouvertement leurs collègues grévistes. Très bien renseigné sur nos suffragettes par la donneuse d'ordre EDF, il prend immédiatement les mesures qui s'imposent : pression permanente, atteintes à la vie privée, propos irrévérencieux, etc.

Les salarié-es d'EXIRYS ne sont pas épargné-es non plus par cette vague d'intimidation. Leur employeur, qui utilise sans vergogne l'ensemble des moyens et locaux mis gratuitement à sa disposition par EDF pour réaliser son business, à savoir multiplier par 4 le taux horaire des employés avant de présenter la facture, leur intime l'ordre de quitter les lieux. Et ce, en toute méconnaissance du droit de grève.

Ne méprisent hautainement les combattants et le combat que les faibles qui appartiennent de naissance au camp des puissants de ce monde : ceux-là sont vainqueurs avant d'avoir mené combat ; sans jamais s'être mêlés de combattre ; sans même savoir qu'ils ont combattu.
Mais n'oubliez jamais que ces faibles sont si attachés aux privilèges de leur rang que, lorsqu'ils se sentent menacés, ils savent trouver des mercenaires impitoyables pour les défendre et s'épargner les aléas du combat.
Quant à ce parti de rester neutre qu'on dit le plus avantageux pour vous, aucun n'est plus inutile ni aussi contraire à votre politique ; en fait, sans y gagner la grâce de personne, mais en y perdant votre dignité, vous serez la proie du vainqueur.

                                                                                   Tite-Live
Nous sommes le 18 JUIN : indignez-vous !!

 

 Journal n° 6 :

 La direction d'EDF, visiblement en grande difficulté, a proposé une ultime transaction financière aux six assistantes grévistes.
 
 Jugez vous-même :
 
 1- Les sommes proposées, quoique proportionnelles à l'ancienneté des secrétaires dans la fonction, vont du simple au double et laissent d'emblée apparaître une disparité de traitement, visant à l'évidence à casser l'entente du groupe. Les situations de chacune de ces employées(é) variant de la grande précarité à la normalité sociale.
 2- La transaction est conditionnée par l'accord d'au moins quatre salariées. Si cinq acceptent, la somme revenant à chacune est augmentée, si les six acceptent, la somme maximale atteinte par certaines, peut donner franchement à réfléchir.
 
 Ce cynique et sordide scénario, digne de la téléréalité, déshonore totalement ceux qui l'ont ficelé. Il ne vise qu'à créer les conditions du renoncement pour des personnes fragilisées par leur contrat de travail au rabais. Ces tristes sires n'ont pour autre but que d'abaisser et d'avilir les plus faibles. Nous leur signifions notre plus profond mépris.
 Les salariées(é) d'OCé et EXIRYS quant à elles, restent unies et déterminées dans l'action.

 Tous les jours, vous êtes de plus en plus nombreux à manifester votre soutien, en venant les voir, en leur parlant. C'est ce qu'ont fait des étudiants venus d'Orléans, des retraités de Gien. Soyez encore plus nombreux, à les saluer chaque matin, à les klaxonner, tous ces petits gestes ont leur importance. Restons mobilisés, le vent tourne en notre faveur. Delphine BATHO, notre ministre, s'est exprimée très clairement, il y a quelques jours, elle a mis l'accent sur la problématique de la sous-traitance et a averti que « la responsabilité des exploitants ne doit pas être diluée par un recours excessif à cette pratique » aussi le gouvernement entend fixer à trois le nombre maximal de niveaux de sous-traitance successifs pour les activités importantes pour la sûreté. Quant à l'autorité de sûreté nucléaire (ASN) Delphine BATHO a mis en avant son indépendance et sa souveraineté, qu'elle a jugées capitales. Nous rappelons que c'est l'ASN en la personne de son inspecteur du travail, qui avait déposé des procès-verbaux et saisi le procureur de la République, dans l'affaire qui nous mobilise aujourd'hui.
 
 En faisant valoir leurs droits, elles font valoir les vôtres.
 
 —————————————————————————————————————————————————————————————— 
 A propos de soutien, nous avons celui de Pascal VIGUIE, Maire de Sury-près-Léré et conseiller général du Cher. Pascal a travaillé à la centrale depuis sa construction et jusqu'à sa récente mise en inactivité. Il déplore, au regard de son parcours professionnel et politique, la lente et pernicieuse dérive de notre entreprise, passée d'une grande exigence morale, qui faisait jadis  notre fierté, à son inéluctable déchéance.

 

Journal n°5 :
lettre

Journal n° 4 : Prise d'otage à Belleville.

Nous venons d'apprendre que Mère Castor vient d'être kidnappée !
Elle aurait été aperçue sous les fenêtres de notre ministère de tutelle, 246 boulevard Saint Germain à Paris.
Bien déterminés à retrouver leur mascotte, les salariés en grève ont obtenu un entretien demain à  11h00, avec Delphine Batho, Ministre de l'Energie, de l'Ecologie et du Développement Durable.
Nous avons affrété un bus qui décollera du CIP à 7h00 pour monter à la rescousse. Il reste de la place si vous voulez être de la balade  (retour prévu vers 17h00). Sinon on vous racontera vendredi.

 

Journal n°3 :

Non contents de subvertir nos prestataires, et même, circonstance aggravante, des femmes, voilà que SUD s'en prend désormais à nos amis rongeurs. Mère Castor qui organise l'exposition de Loire au CIP a été sauvagement agressée. Les forcenés ont justifié leur forfait par le fait qu'ils lui trouvaient les dents trop longues.

mere castor

Depuis le début de notre mouvement, le dimanche 12 mai 2013, vous êtes de plus en plus nombreux à nous soutenir. N'oubliez pas, nous sommes toujours postés devant le CIP, alors n'hésitez pas à témoigner votre soutien en passant et jouer avec nous.

  • Si vous soutenez notre lutte, vous klaxonnez en passant devant le piquet de grève  et nous vous saluerons avec exubérance.
  • Si vous n'êtes pas joueur, vous pouvez vous garer avant le piquet de grève et choisir la marche à pied.

Journal n° 2 :

Les lecteurs du petit journal de la grève savent que désormais, la table sur laquelle nous partageons nos victuailles, et que nous subtilisons chaque midi à EDF, est une arme stratégique de notre lutte (sinon comment expliquer l'intervention héroïque et désespérée d'un cadre sup pour cet objet ?) qu'il convient donc de défendre. Nous redoutons un coup de force de la direction chaque midi.
Plus nous serons nombreux autour et moins la table sera vulnérable.

Vous en avez marre de faire la queue au self ? ou de discuter seul avec votre sandwich ?

Venez défendre la table avec nous !!!

 

Journal n° 1 :    Du dédain à la muflerie,

Une représentante de la direction a demandé hier aux hôtesses du CIP, de ne plus utiliser la table qui permettait jusqu'alors à tous les grévistes de se restaurer, à l'heure du déjeuner. (Celle-ci devant-être assurément un bien inaliénable de l'entreprise EDF). Quelle humanité ! Quelle élégance ! Ces tristes sires qui nous rebattent les oreilles à longueur d'année, avec leur sempiternel et méprisable "savoir être" seraient bien inspirés d'apprendre, tout d'abord, ce que signifie simplement "savoir vivre". Nous espérons, les voir adopter les jours prochains, une attitude plus respectable et surtout plus respectueuse, vis à vis de nos chères camarades. Si tel n'était pas le cas, nous saurions en tirer les conséquences.

 

© Copyright - SUD-Énergie