Home » Actualité » QUAND LE MILITANTISME MENE A LA CORDE, le cri d’alarme de la compagne de Yann, discriminé et harcelé car engagé pour les salarié.e.s

QUAND LE MILITANTISME MENE A LA CORDE, le cri d’alarme de la compagne de Yann, discriminé et harcelé car engagé pour les salarié.e.s

J’écris aujourd’hui pour partager la détresse, celle d’un homme, de mon conjoint BROYE PAR LA MACHINE CAPITALISTE que l’on nomme joliment Electricité De France.

Embauché en 2001, Yann s’est rapidement syndiqué et a milité durant plus de 15 ans.

En 2008, 9 salariés prestataires de la société CIME (groupe SPIE) entament une grève de la faim qui durera 10 jours. EDF n’ayant pas renouvelé leur contrat pour la maintenance de la Centrale, contrairement à l’accord qui avait été signé, près de 100% des salariés lutteront pendant des mois pour la défense de leurs emplois.

Installé devant l’entrée du CNPE de Cruas/Meysse, Yann ne pourra passer tête baissée ignorant leurs souffrances face à la politique managériale honteuse mise en place par EDF.

C’est dans ce climat tendu que Yann décide de s’engager au risque de sacrifier les prochaines années de sa vie au profit de la lutte, celle des oubliés du nucléaire, pour une transparence et une plus grande sûreté nucléaire dans l’intérêt de la population.

Succédant les mandats (DP, Membre du CE, Membre du CHSCT, secrétaire CHSCT, secrétaire du syndicat CGT puis SUD) il s’engage dans un combat pour l’application de l’article 4 du statut des IEG, afin que l’ensemble des sous-traitants puissent prétendre au même statut que les agents EDF.

En 2009, il participe activement au mouvement des retraites, organisant des rassemblements (appel citoyen) devant le CNPE de Cruas/Meysse qui eurent un réel succès mais lui causèrent des problèmes avec sa direction. Parallèlement il militera dans diverses mouvances citoyennes, luttant pour la population et les salariés.

Grâce au pouvoir du CHSCT dont Yann est le secrétaire, il fera voter en 2015 une expertise sur les risques psychosociaux liés à l’organisation du travail. Cette expertise devait mettre en lumière les difficultés psychologiques des salariés face au Lean Management dans le but de garantir une meilleure sûreté et sécurité pour la population. La direction d’EDF fera obstruction au bon déroulement de cette expertise, obligeant Yann à les assigner afin de rendre l’expertise applicable. Malgré la victoire au Tribunal, EDF fera appel et gagnera l’invalidation de cette expertise.

L’année suivante EDF s’arrangera pour démolir l’équipe syndicale en place ce qui aura pour conséquence la réintégration de Yann fin 2016 et d’autres, alors que l’audience d’appel n’était pas encore passée (Yann étant le représentant légal du CHSCT, il sera auditionné sans mandat).

Réintégré au poste de Chargé d’Affaire, Yann se verra dans l’obligation d’effectuer un emploi dont il dénonçait les dérives. Il sera amené à appliquer une politique de Lean management (au sein d’une section pilote avant application à l’ensemble de l’unité) visant à rentabiliser l’activité, à en réduire ses coûts au détriment des agents et surtout des prestaires. Yann demandera à plusieurs reprises à réintégrer sa section, compatible avec ses compétences et son engagement. EDF déclinera, le positionnant même systématiquement (malgré plusieurs changements de sections) avec son 1er manager qui s’acharnera sur lui toutes ses années.

Les 2 années qui suivirent eurent un gros impact sur sa santé, il fit un nombre de passage incalculable à la médecine du travail présente sur le site. Le 10 avril 2018 Yann victime de burn-out craquera face au discours du médecin, au manque de reconnaissance de son état de détresse. Il donnera un coup de poing dans une armoire le menant en conseil de discipline entrainant une mise à pied d’un mois. En effet le médecin déposera une plainte contre lui et informera son employeur de la consultation trahissant le secret médical.

L’année suivante sera ponctuée de nombreux arrêts maladie, l’état psychologique de Yann se dégradera encore. Insomnie, ulcère, dépression, il sera placé en longue maladie quelques mois plus tard. Son état de santé ne pouvant permettre une reprise du travail il est aujourd’hui toujours en arrêt.

Malgré tout ça YANN A DECIDE DE NE PAS LAISSER PASSER SOUS SILENCE une situation inadmissible telle que la sienne. De ce fait il a assigné EDF au tribunal des prudhommes pour discrimination syndicale et harcèlement.

C’est en l’état, que face à son désespoir, à son état psychologique qui le maintient dans une souffrance profonde, JE RECLAME QUE JUSTICE SOIT ENFIN FAITE.

Je lance un cri d’alerte, afin que sa dépouille ne vienne pas alourdir le triste bilan des 30 suicides par an chez EDF.

Pour que lui, que tous les militants et militantes du quotidien ne se voient plus mis au rebut, qu’ils puissent s’exprimer et évoluer librement. Afin que tous ensemble nous puissions construite une société libre, juste et équitable pour tous.

Comme l’ont inscrit certains en leurs temps :

Je lance donc un appel à tous les fainéants, les crasseux, les drogués, les alcooliques, les pédés, les femmes, les parasites, les jeunes, les vieux, les artistes, les taulards, les gouines, les apprentis, les Noirs, les piétons, les Arabes, les Français, les chevelus, les fous, les travestis, les anciens communistes à nous rejoindre :

JEUDI 17 MARS À PARTIR DE 11H00

DEVANT LE TRIBUNAL DES PRUDHOMMES D’AUBENAS

Que tous ensemble nous aidions Yann à se relever et poursuivre son combat !

À mon amour :

« Toi et moi de la même planète mais pas du même monde

Que le peuple relève la tête, ils ont le pouvoir nous la force du nombre

Nous pouvons être l’exemple qui réveillera le reste du monde

Car un élan de solidarité peut tout renverser en quelques secondes »

D’JaMaNi l’Original, Liberté d’Expression

Solidairement,

Elodie

pour Yann Montiel

Share

Connexion